Amélie-Aude Labarrière

Superviseur

Activités principales

Le métier de superviseur, c'est quoi ? La réponse avec Amélie-Aude qui travaille au sein d'Acticall Centres de Contacts.

Transcription

C'est quoi être superviseur au sein d'acticall ?

Quand on pense superviseur, on pense obligatoirement à la productivité. La productivité pour moi c’est l’objectif que l’on doit atteindre. Mais pour y parvenir, il faut que le superviseur soit capable d’accompagner le salarié dans sa montée en compétences afin de l’aider à évoluer dans l’entreprise.

Comment accompagnes-tu ton équipe ?

Des réunions de vie sont réalisées au moins une fois par mois. C’est le moment où on leur parle des résultats de l’activité, des résultats quantitatifs et qualitatifs. C’est aussi le moment où on leur donne des informations sur les procédures de notre donneur d’ordre. C’est un moment aussi où on leur donne des informations sur l’actualité du site. Mais c’est surtout un moment d’échange entre le superviseur et le conseiller.

Quelle sont tes missions au quotidien ?

La gestion de tout ce qui est administratif, les feuilles d’heures des conseillers. Ensuite on arrive plus dans la productivité, on où vérifie les résultats de la veille pour pouvoir se fixer des objectifs le jour même, pour améliorer les performances de l’équipe. Et ensuite au quotidien, on est sur le terrain. Des écoutes sont faites régulièrement. pour vérifier la qualité du discours de nos conseillers.

As-tu bénéficié de formations internes ?

Nos conseillers ont des besoins, mais les superviseurs aussi. Généralement, c’est notre CDP qui les détecte quand on est en réunion avec lui ou en entretien. Il s’aperçoit qu’on a un besoin en quelque chose et donc il nous propose une formation Learning CRM, qui sont très intéressantes. Ça nous permet aussi d’avoir l’expérience des uns et des autres.

Quel est ton souhait d'évolution professionnelle ?

Pour l’instant, superviseur me convient totalement puisque j’ai encore beaucoup de choses à apprendre. Mais il est vrai que si je devais m’orienter vers une autre activité, ce serait la formation. Parce que ça me permettrait d’être toujours en contact avec le conseiller et de pouvoir l’aider à monter en compétences, dans le même principe que le superviseur. Les chiffres en moins.